Année Sainte Jeanne :  550 ans

petites nouvelles de Pologne (Grąblin)

 

Le 23 avril 1464, à Nogent-le-Roi, au château de Pierre de Brézé, naissait la fondatrice de l’Annonciade. La Chronique de l’époque dit qu’elle était « une belle petite fille », mais on s’est vite aperçu, qu’elle était disgraciée et qu’elle boitait un peu. Malgré son handicap visible Jeanne était toute confiante et abandonnée dans les mains de Jésus. Jeanne aimait se retirer dans sa petite chapelle, à Lignières en Berry où elle passa son enfance et sa  jeunesse, pour prier Jésus et Marie. La Chronique de l’Annonciade raconte que « Étant âgée de cinq ans, elle priait souvent la Vierge Marie qu’il lui plût de lui enseigner et de lui révéler en quoi elle pourrait lui faire grand service et plaisir, car c’était tout son désir de la servir, de l’honorer et de lui faire plaisir. Ainsi, une fois, alors qu’elle était à l’église et qu’elle faisait cette prière, il lui sembla que la Vierge  Marie lui disait en son cœur: «Avant ta mort, tu fonderas un ordre religieux en mon honneur et, ce faisant, tu me feras un grand plaisir et service». (Les Sources, p. 38) 33 ans ! Sainte Jeanne garda ces paroles dans son cœur, ayant toujours un grand désir de fonder un ordre en l’honneur de la Vierge Marie. L’ordre a vu le jour en 1502 et a 512 ans d’existence !!!

Nous pourrions penser que Jeanne avait tout pour réussir pleinement sa vie, selon les critères de ce monde: Fille de Roi, sœur de Roi, épouse de Roi… On peut penser pou elle à la richesse, au pouvoir, aux honneurs, au bonheur ! Mais sa vie a été toute autre et semée d’épreuves et d’humiliations. Malgré cela, et surtout, à travers cela,  elle est restée « droite », ne s’est pas renfermée sur elle même, elle a gardé un cœur bon et a pardonné. Comment a-t-elle fait? Elle a gardé les yeux fixés sur le Christ. Et c’est Marie qui le lui a enseigné. Elle s’est appuyée sur la Parole de Dieu, elle s’est nourrie du Corps du Christ et s’est toujours unie à Lui dans sa Passion.

C’est un vrai témoin pour notre temps! C’est dans ce sens que Ste Jeanne a été perçue par le père Jean M. Rokosz MIC, Directeur de l’Association des Amis des Pères Mariens, qui a célébré la messe pour la solennité de Ste Jeanne le 4 février, au Monastère de Grąblin en Pologne. Même si le 23 avril est la date de naissance de Ste Jeanne, il est vrai que l’on fête davantage sa date d’entrée au ciel, le 4 février… mais qu’importe …

Voici des extraits de l’homélie, traduit du polonais, prononcée par le père Marien Jean M. Rokosz lors de cette célébration:                                                                                             

                                     SONY DSC                              père J.M Rokosz

 » Ste Jeanne patronne des femmes et des familles en prise aux difficultés. »

« Souvent nous apprécions notre propre valeur et celle des autres par l’apparence extérieure. Beaucoup de personnes dépensent une fortune pour paraître beaux, l’apparence extérieure étant pour eux la plus importante source de dignité et de valeur.            

 Aujourd’hui nous faisons mémoire d’une femme qui extérieurement n’était pas très attirante. Ce que nous savons d’elle et son portrait montre qu’elle était physiquement handicapée. De plus elle a eu une vie compliquée et sentimentalement difficile. Pourquoi donc faire mémoire de cette femme, née il y a plus de 5 siècles et qui nous interpelle toujours?           

Cette sainte peut être une inspiration, une direction et une consolation pour tous les croyants et spécialement pour les femmes et les familles en prise aux difficultés. Dans sa vie elle a expérimenté de nombreux rejets et humiliations, surtout de la part des hommes mais elle a réussi à les transposer en une belle et digne vie….           

Ce qui, pour de nombreuses personnes, surtout les femmes, est une malédiction et démontre le malheur a été pour Ste Jeanne une source de bénédictions et une richesse spirituelle. Sainte Jeanne nous enseigne que chaque défaut, chaque manque, humiliation ou rejet et lié à cela la solitude et la souffrance, chaque échec sont aussi le lieu d’une offrande incomparablement plus grande et plus belle. La vie réussie d’un couple et d’une famille est un don de Dieu et il faut tout faire pour y parvenir mais les rejets ou humiliations éprouvés, bien qu’ils soient mauvais en soi, ne démontre jamais qu’une personne a une vie moins heureuse. Le témoignage de Ste Jeanne prouve qu’une telle vie peut être digne, féconde, heureuse et pardessus tout, la voie par laquelle Dieu compense par d’autre dons spirituels une vie difficile qu’on ne peut atteindre seulement que par la foi et l’amour.            Qui sait si la Règle des 10 Vertus qui est une perle de la spiritualité chrétienne aurait existé si Ste Jeanne n’avait pas eu ce défaut physique qui a réveillé en elle cet exceptionnel désir de plaire à Dieu? Qui sait si l’Ordre de l’Annonciade existerait si elle n’avait pas été rejetée par son père puis humiliée et repoussée par son mari? …           

Aujourd’hui, en ce 550ème anniversaire de la naissance de Ste Jeanne, nous nous tournons vers elle comme patronne des femmes et des familles en prise aux difficultés. Demandons-lui de nous guérir des regards afin que les regards des femmes sur elles même ainsi que les regards mutuels des hommes et des femmes soient libérés de l’égoïsme et de la manipulation, de la recherche de la seule beauté proposée par Hollywood, afin que nos regards s’enracinent profondément, qu’ils soient à la dimension du regard de Dieu. Seulement de ce regard là naitront la profondeur et la dignité qui nous libèreront des difficultés de la vie, des plus grandes blessures et humiliations.

Jésus Christ dans le sermon sur la montagne prononce des paroles paradoxales «Heureux les pauvres en esprit car le royaume des cieux leur appartient.» [Mt 5,3] On peut le prendre un peu différemment: heureux ceux qui ont une âme de pauvre parce qu’alors ils peuvent ouvrir leur esprit  à la grâce de Dieu. Heureux ceux qui voient clairement et distinctement leurs limites, leurs manques de beauté, de talents, de réussite, de possibilités et de chances car alors ils peuvent s’appuyer sur une pleine, authentique et profonde foi en la grâce divine. Et seulement alors, grâce à la force de Dieu lui-même, ils trouveront le bonheur le plus profond. Car être heureux, comme nous l’enseigne Ste Jeanne, ce n’est pas ne pas avoir de problèmes ni de difficultés mais c’est de profiter de chaque problème, de chaque difficulté, de chaque rejet ou humiliation pour accueillir les abondants dons de Dieu. Terminons avec ses mots de St Paul «Vous donc les élus de Dieu, ses saints et ses bien-aimés, revêtez des sentiments de tendre compassion, de bienveillance, d’humilité, de douceur,  de patience vous supportant les uns les autres et vous pardonnant mutuellement» [Col 3.12] ».

Après la célébration, tous les participants ont été invité à une rencontre fraternelle autour d’une boisson chaude. Beaucoup ont apprécié… car il faisait froid. Mais les gens avait surtout le cœur réchauffé après cette homélie, trouvant en sainte Jeanne quelqu’un qui leur était proche… il n’y a pas de frontière pour les épreuves de la vie; Et le Seigneur, par Sainte Jeanne, en a rejoint beaucoup! Ce sont des grâces de ce 550 ème anniversaire ! Et surement, il y en aura d’autres !

Recevez notre Lettre Info

Vous recevrez les informations, les nouvelles de l'Ordre de l'Annonciade et de chacun de ses monastères.

Vous vous êtes inscrit à notre Lettre Info avec succès

Share This