Maastri1Juridiction des Frères Mineurs

Notice

Le 13 janvier 1614, la ville de Maastricht approuve la fondation d’un monastère de la Vierge. Le Père Provincial des Frères Mineurs Récollets, de la Province de la Germanie inférieure, s’est présenté au conseil de la commune afin d’obtenir de celle-ci que les Annonciades s’installent dans la ville. Ce qui est accepté, à condition que la communauté ne soit pas à la charge de la ville. Le monastère se situe dans la rue des Fossés, près des remparts de la ville. Le doyen du chapitre de Saint-Servaas, Engelbert Boonen, a contribué financièrement à la construction du couvent

La maison et le terrain ont été achetés aux Jésuites, le 27 avril 1615. Sept religieuses et une sœur converse venues de l’Annonciade de Louvain sont les fondatrices de ce nouveau couvent. Ce sont les Franciscains qui ont appelé les sœurs de Louvain à venir fonder dans cette ville. Le monastère possède peu de ressources. Les sœurs pourvoient à leur existence par des travaux manuels, telles de petites œuvres d’art en paille. Elles en ont offert une d’ailleurs à Marie Stuart, de passage à Maastricht.  Travail, prière rythment leurs journées. Ce monastère compte 20 à 30 moniales.

L’église du monastère a été consacrée le 25 juillet 1624. C’est, paraît-il, une des plus belles de la ville, avec chœur à l’étage.  Son plus bel ornement : un tableau de sainte Jeanne. Le bâtiment comporte quatre ailes.

Au début du 17ème siècle, Hennins Sedulius, ou bien est-ce Cornelis Thielmans, tous deux Franciscains, a écrit  une œuvre poétique « L’étoile de la mer ». Durant le siège de la ville par les Hollandais – au cours de la guerre dite guerre des Gueux- les Frères Mineurs quittent la ville. L’œuvre de ce frère  est alors conservée chez les Annonciades durant un an et demi (1639).

Les Annonciades possèdent également une petite chapelle, dans leur jardin dédiée à Notre-Dame de Montaigu : à Montaigu, en effet, la Vierge est apparue dans un chêne. Après la construction de la Basilique, où fut placée Notre-Dame de Montaigu, on a sculpté des statues de la Vierge à partir du bois de ce chêne. Telle celle des Annonciades. On vient donc en pèlerinage à cette chapelle des Annonciades. Plusieurs grâces de guérison : Anna Laureys, du monastère de Louvain, guérie en 1603 d’une affection de la gorge ; Michelle Blijlevens, également du monastère de Louvain, guérie d’une maladie de cœur. En 1615 se remet d’une paralysie, Margarita Diamitsaga du monastère de Venlo.

Période révolutionnaire. Le  commissaire La Marck, vient établir l’inventaire des biens des Annonciades, titres, revenus etc. en date du 3 octobre 1793, en vue de la fermeture du couvent. Le procès verbal est signé par les religieuses : Sœur Frambaght, ancelle, Sœur Odilla Brackx, vicaire, Sœurs Joanna, C. Watrin, Joanna Isabella Corbeau, discrètes ; sœurs Maria Agnès Essers, Joanna Cath. Habets, Maria Royen, Maria Ida Simons, Maria Sibilla Dullens. Le monastère est supprimé le 1er  septembre 1796. La Mère Ancelle, Joanna Frambach avec 23 religieuses et 9 converses sont dispersées. Le monastère est vendu le 25 août 1798.

L’église et les bâtiments des Annonciades ont été presque totalement détruits dans la première moitié du 19ème siècle. Cependant une plaque commémorative semble marquer l’emplacement de cet ancien couvent Annonciade : « Cruce Domini nostri trajecto salus – par la Croix de Notre Seigneur, le salut pour Maastricht ». Cette plaque se situe actuellement au 9 Wijker-Grachtstraat.

Essai de restauration. En 1883, le monastère des Annonciades de Geel tente une fondation à Maastricht, dans une maison de la rue de Linkulen. La chapelle est consacrée à la Sainte-Famille.

En 1889,  la Gazette de Liège du 22 août 1889 note le jubilé d’Or de Profession religieuse de la Mère Ancelle, venue fonder Maastricht avec ses sœurs de Geel. Ce jubilé « a été l’objet de manifestations qui témoignent de l’affectueux respect qu’a pour elle et ses religieuses la population de Maastricht ».

Mais les moniales ne sont restées qu’une quinzaine d’années à Maastricht ; elles sont en effet retournées à Geel en 1898. Les archives municipales de la ville de Maastricht conservent les noms des sœurs de Geel à leur arrivée à Maastricht et les noms de celles quittant Maastricht pour retourner à Geel.

Sources manuscrites 

Archives Municipales ; Archives de l’évêché de Roermond (Ruremonde)

Sources imprimées

 « Annonciades de Maastricht », Courrier du Limbourg, n° 48, lundi 28 février 1898.

 « Faits religieux. 50e anniversaire de la profession de la fondatrice de Geel et de Maastricht, 21 août 1839 », Gazette de Liège, 22 août 1889.

« Zuzters annunciaten te Wijk », Mededelingen van de Broederschap van het H. Kruis te Wijk-Maastricht, Maastricht, 1953. [Les soeurs Annonciades à Wijk (Maastrich) in Communication de la Fraternité de la Sainte-Croix, Maastricht, 1953 ]

Van Den Bergh G., « Quelques documents concernant le couvent des Annonciades de Wijk-Maastricht », De Maasgouw, n°29, février 1889, p.113sv

Recevez notre Lettre Info

Vous recevrez les informations, les nouvelles de l'Ordre de l'Annonciade et de chacun de ses monastères.

Vous vous êtes inscrit à notre Lettre Info avec succès

Share This