Juridiction des Frères Mineurs

 

 Notice

En 1477,  Théodoric Theerpenninck fonde un couvent de Sœurs Grises nommé Nazareth. Vers 1550 les Sœurs Grises souhaitent une vie spirituelle plus profonde, vécue en clôture. A cette époque, l’Annonciade connaît un grand développement dans les Pays-Bas surtout en Flandres et en Brabant. Les Sœurs Grises sont encouragées par le Père Joseph Bergaigne, frère mineur, commissaire général des Pays-Bas, à se tourner vers l’Annonciade.

En 1637, quatre Annonciades arrivent de Louvain à Alost. Leur mission est de réformer le couvent des Sœurs Grises en monastère d’Annonciades. Vingt‑cinq soeurs deviennent alors Annonciades. La fondation est assombrie par une discussion entre les Frères Mineurs de la province de Germanie Inférieure et ceux du Comitatus Flandriae à propos de la question : de quelle province le monastère relève-t-il ? Sans doute, sous la pression du commissaire général Joseph Bergaigne, le chapitre provincial du Comitatus Flandriae donne son accord, le 19 août 1638, pour que le monastère relève de la province de Germanie Inférieure. Les sœurs reçoivent le soutien spirituel des Frères Mineurs (service de l’aumônerie, des  confessions), dont le couvent jouxte leur monastère.

On note qu’à partir de l’année 1665, les sœurs  conservent dans leur église les corps des martyrs Julien et Eugène – les ayant reçus d’un certain Jacques Kieffelt, qu’au début du dix-huitième siècle, une nouvelle église pour le monastère est construite et qu’au-dessus de l’autel se trouve un tableau de Van Cleef représentant la Sainte Trinité.

Dans la seconde moitié de ce siècle, sous le règne de Joseph II, les sœurs craignent pour leur vie monastique. En effet, le gouvernement décide de supprimer tous les monastères de contemplatives, les jugeant « inutiles ». Alors, en 1783, pour tenter d’échapper à la suppression de leur monastère, les sœurs ouvrent un pensionnat de jeunes filles. Malgré cette solution, le monastère va être supprimé durant l’administration française, en février 1797. Au moment de sa suppression, la communauté compte dix-sept  sœurs choristes et onze sœurs converses.

Les bâtiments sont vendus, début 1798.

Sources manuscrites 

Archives de la Ville d’Alost,  manuscrit 154 ; Archives Franciscaines de Saint-Trond, versées au Kadoc (Université catholique de Louvain) ; Bibliothèque royale de Bruxelles (BRB), MS 11.624, Chronique dite d’Alost.

Sources imprimées

Carnier,  M. « Monasticon », Archives Générales du Royaume, Bruxelles, 1998.

 « Couvents : Alost, Annonciades », Franciscana,  n° 1.2, 1977, p. 46 et 47.

« Lexique des couvents : Annonciades d’Alost (1641-1796) » ; « Liasse Annuntiatae alostenses » ; « Photo du monastère et sceau du couvent », Franciscana, n° 26, 1971, page 51-55.

De Potter Frans en Broeckaert Jan, Geschiedenis der Stad Aalst, Gent, 1875, chapitre 2, p. 368 à 371 :

Grauwe zuzters, inter Annunciaden. [Histoire de la ville d’Alost, Gand, 1875…. : des Sœurs Grises aux Annonciades.]

RHF, tome 4, 1927, 265, 266 ; tome 5, 1928, p. 140, 165.

Van Nuffel Petrus, Historiek der Oude straten, markten, pleinen en gebouwen der stad aalst met sagen & vertellingen, Aalst, 1914, p. 218 à 221 : De Nazarethstraat. [Historique des anciennes rues, marchés, places et bâtiments de la ville d’Alost, avec leur histoire et leur légende, Alost, 1914…. : rue de Nazareth]

***

Recevez notre Lettre Info

Vous recevrez les informations, les nouvelles de l'Ordre de l'Annonciade et de chacun de ses monastères.

Vous vous êtes inscrit à notre Lettre Info avec succès

Share This