Le samedi 4 février 2017, pour les Vêpres de Sainte Jeanne une vingtaine de Troubadours de la Paix sont présentes et nous en profitons pour leur présenter le masque de Sainte Jeanne à la chapelle.

Ce masque de Sainte Jeanne conservé au monastère, assez impressionnant, fut moulé après sa mort. Il est semble-t-il le plus ancien masque mortuaire conservé en France. Le  visage de la défunte  avait été moulé après sa mort et on avait préparé avec du carton recouvert de plâtre, une effigie qui avait ensuite été peinte.

 

Le dimanche 5 février 2017 le Père Stéphane Maritaud, vicaire général préside la messe entouré du diacre Antoine Gangneron. Près du chœur sont installées sur des tapis, d’un côté la vingtaine de petites « Troubadours de la paix » et de l’autre la meute de louveteaux. Tous ont été très sages.

L’assemblée priante est nombreuse. Notre vicaire général apprécié de tous,  prononce une homélie qui est  très écoutée, parce qu’elle trouve écho en chacun des cœurs ! En voici un petit extrait.

 Dieu à un projet de vie et de bonheur pour chacun de nous, comme Il le rappelle à son peuple par la bouche du prophète Isaïe.

 Sainte Jeanne de France, confrontée à des circonstances politiques et historiques douloureuses, n’est pas contrainte par la vie qu’on lui impose : fille de roi mise à l’écart, épouse d’un homme qui ne l’aime pas, duchesse de Berry au service des indigents, fondatrice de l’ordre de l’Annonciade. En tout cela et de façon évangélique, Ste Jeanne se tient pour chaque état de vie à sa vocation ;

 Réaliser sa vocation ce n’est pas forcer le destin à prendre la forme qui nous convient.  C’est accueillir dans le parcours parfois éprouvant de nos vies la grâce de Dieu qui fait toujours des merveilles, contempler et saisir la présence aimante de Dieu qui veut notre bonheur et sa réalisation dans les contingences de nos histoires et nos psychologies compliquées !

Sainte Jeanne accomplit sa vocation, en réalisant devant la contrainte du temps et de l’histoire, les vertus évangéliques, les béatitudes.  Elles sont pour elle comme un rempart au désespoir, elles deviennent source de joie et d’espérance.

Pour nous également, ne pas fuir devant le réel que nous n’aimons pas, pour vivre ailleurs notre vocation ! Non ! L’appel du Seigneur à déployer dans la vie de chaque jour, la joie des béatitudes, cela rend fort ! Aimer et  servir alors que l’on se sent oublié, meurtri ou délaissé, est le meilleur antidote au désespoir…..

Le Seigneur Dieu veut pour nous la vie, il nous la donne, la propose.  Choisis par Dieu,  nous avons tous une vocation à réaliser ;  elle n’est jamais achevée.

 Comme Sainte Jeanne de France, dans tous nos états de vie, déployons la foi, l’espérance et la charité pour devenir des saints, des enfants de lumière, d’authentiques fils et des filles de Dieu.

A la fin de la messe, après le Magnificat,  les troubadours ont chanté, accompagnées par l’une d’entre elles à la flûte traversière.

Voici le chant des troubadours :

    

 Chant des Troubadours de la Paix

Refrain :  Les Troubadours de la paix, En tout lieu se tiennent prêts,

       A chanter par leur vie,Les vertus de Marie.

 

Pureté pour être tout accueil à Dieu,

Prudence pour penser parler et agir au mieux,

Humilité pour un service joyeux.

 

Foi en Celui qui nous aima le premier,

Louange pour Le remercier,

Obéissance pour aimer comme il nous a aimé.

 

Pauvreté pour n’être qu’à Dieu attaché,

Patience pour persévérer dans les difficultés,

Charité et compassion pour vers l’autre se tourner.

Share This

Recevez notre Lettre Info

Vous recevrez les informations, les nouvelles de l'Ordre de l'Annonciade et de chacun de ses monastères.

Vous vous êtes inscrit à notre Lettre Info avec succès