Garde le regard de ton esprit posé sur la Vierge  et sur ce qui est écrit sur elle dans l’Évangile….

Marie, celle qui a cru

À Dieu qui se révèle est due « l’obéissance de la foi » (Vatican II, Constitution Dei Verbum). Par la foi,  toute personne s’en remet librement à Dieu. Cette définition de la foi trouve en Marie une parfaite réalisation.

« Or comme il parlait, une femme éleva la voix du milieu de la foule et lui dit : ‘Heureuse celle qui t’a porté et allaité. ‘Mais Jésus lui dit: ‘Heureux plutôt ceux qui écoutent la Parole de Dieu et qui la gardent.’ » (Lc. 11,27‑28) Cette parole met en avant la foi de Marie, elle qui a écouté la Parole et l’a gardée en elle, la méditant en son cœur ?

Comme l’écrit saint Augustin : « Marie est plus heureuse de comprendre la foi au Christ que de concevoir la chair du Christ. Sa liaison maternelle ne lui eût servi de rien, si elle n’avait été plus heureuse de porter le Christ dans son cœur que de le porter dans sa chair. » Profondeur de la foi de Marie. La foi ? C’est son être même.  Marie est bienheureuse en raison de sa foi. C’est la clé qui nous permet de pénétrer dans la réalité intime et profonde de Marie.

Si la parole d’Élisabeth, sa cousine, « Bienheureuse celle qui a cru en l’accomplissement de ce qui lui a été dit de la part du Seigneur »(Lc. 1,45), se rapporte au moment précis de l’Annonciation comme le point culminant de la foi de Marie, c’est aussi et surtout  le point de départ de son cheminement dans la foi, de son pèlerinage de foi.

Tout au long de sa vie, Marie a écouté et gardé par la foi toute parole qui lui était dite dans l’attente que l’Esprit saint lui en fasse, petit à petit, découvrir le sens. Elle a accueilli aussi tout événement qui lui était donné à vivre dans la certitude de sa foi que, comme le dit saint Paul, « quand « les hommes aiment Dieu, lui‑même fait tout contribuer à leur bien, puisqu’ils sont appelés selon le dessein de son amour. » (Rm. 8,28)

Toute la vie de Marie est une succession de paroles et d’événements qui lui sont donnés à accueillir et à vivre, et aussi de lentes et fidèles réflexions. Elle ne cherche pas tant à comprendre ce qui lui arrive, qu’à descendre  au profond d’elle‑même pour  réfléchir et recevoir de Dieu intérieurement ou à travers les événements la connaissance de ce qu’il fait en elle.

Une question – Comment vivons‑nous les petits événements de notre vie quotidienne ? Essayons‑nous de les vivre dans la foi, en croyant qu’ils peuvent contribuer à notre croissance humaine et spirituelle ? 

Une parole – “Magnificat ! Dans ce chant merveilleux se reflète toute l’âme, toute la personnalité de Marie. Nous pouvons dire que son chant est un portrait, une véritable icône de Marie, dans laquelle nous pouvons la voir exactement telle qu’elle est” (Benoît XVI).

Un Psaume –  Je trouve mon plaisir en tes exigences : ce sont elles qui me conseillent. (Ps 118).

La communauté de Thiais rénove son monastère

Un grand merci

Shares
Share This