La Fraternité Annonciade de Thiais
en retraite à Grentheville

Cette année, notre Fraternité a fait sa retraite au monastère de l’Annonciade de Grentheville, près de Caen, du jeudi 13 au dimanche 16 juin.
Nous avons été accueillis joyeusement par Sœur Thérèse de l’Enfant Jésus, Sœur Marie-Maximilien Kolbe et Sœur Marie-Laurence. Quelle joie de se revoir et d’échanger des souvenirs, des nouvelles ! Dès notre arrivée, nous avons fait le tour de l’hôtellerie avec les sœurs pour repérer la salle à manger, la salle de réunion et l’oratoire du premier étage. Puis nous nous sommes installés dans nos belles chambres, certaines donnant sur un parc magnifiquement entretenu par Jean-Pierre et Patrick.
Nous avons goûté en toute simplicité trois jours durant combien « il est bon et doux pour des frères et sœurs de vivre ensemble et d’être unis » (Psaume 132, 1).

Notre retraite fut très riche :
– Lectio divina sur le « Notre Père » (Matthieu 6, 7 à 13), avec la méditation du Père Serge et de sœur Marie-Emmanuel – Merci à vous !
– Enseignement de Sœur Marie-Damien et de Sœur Marie-Maximilien Kolbe sur la dévotion de Sainte Jeanne de France au Sacré-Cœur de Jésus. Passionnant !
– Chants de louange avec un enseignement à partir de textes bibliques.
– Les offices liturgiques avec la communauté pour celles et ceux qui le désiraient, depuis les laudes à 07h00 jusqu’au complies à 21h00. Inutile de dire que les sœurs ont des voix divines !
– L’Eucharistie à 11h00 célébrée par le Père Delsarte, ancien aumônier de Menton et de Brucourt.
– Les repas et la vaisselle, lieux du service et de la convivialité par excellence.
– Des balades dans le parc et le bois quand le temps le permettait car nous avons eu de grosses pluies.
Il est impossible de tout raconter. Nous avons vécu des expériences fraternelles inoubliables.

Voici deux faits marquants :

D’abord notre pèlerinage à la Servante de Dieu Léonie Martin (1863-1941). Il a été particulièrement apprécié. Nous avions réservé trois taxis pour nous rendre au monastère de la Visitation de Caen où se trouve le tombeau de Léonie, Sœur Françoise-Thérèse de son nom de religion. Elle est la sœur de Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la Sainte Face. Ce monastère est situé à une dizaine de kilomètres de Grentheville. Une sœur visitandine, Sœur Marcelle-Thérèse, nous attendait pour faire la visite guidée. Nous avons commencé par la crypte. Elle a laissé parler son cœur. Elle avait un sourire rempli de tendresse. Son témoignage sur la vie de Léonie nous a touchés. Par exemple, elle nous partageait sa joie d’avoir connu la Mère Supérieure qui a fermée les yeux de Léonie le 17 juin 1941. Elle nous a racontés ce qu’elle a vu le 25 avril 2015, jour de l’exhumation du cercueil qui était inhumé dans la crypte depuis le 21 juin 1941. Quelle fut sa surprise en voyant le visage de Léonie parfaitement conservé, légèrement bruni au contact de l’air ! Ses membres intacts (sauf les pieds) avaient conservé leurs souplesses. Dans la crypte, nous avons contemplé le cercueil en bois et zinc exposé sous une vitre à l’emplacement de sa première sépulture. Aujourd’hui, le corps de Léonie se trouve dans un tombeau de l’église du monastère, proche de l’entrée. Nous nous y sommes recueillis. Ce fut aussi un pèlerinage intérieur. Léonie écrivait à Mère Agnès de Jésus le 8 septembre 1920 : « Tout se résume en un seul mot : AMOUR ! »

La veillée avec la communauté. Le vendredi soir, à 20h00, juste avant l’office des complies, nous avons été invités à partager une veillée avec la communauté. Là encore, que de moments mémorables ! En l’absence de Mère Ancelle, Mère Marie de la Croix, c’est Sœur Marie-Laurence qui a animé notre rencontre. Nous avons fait la connaissance de Sharie, aspirante néo-zélandaise qui apprend actuellement le français. Peut-être une future Annonciade ? Puis Patrick, ami du monastère. Il entretient le parc avec Jean-Pierre, et on fait appel à lui pour les petites réparations des bâtiments. Marianne, amie de longues dates des Annonciades. Elle a tenu de longues années la porterie du monastère de Thiais avec Cécile Brunet, la maman de Sœur Marie-Odile. Marianne a pris quelques repas avec notre Fraternité, ce qui nous a permis de mieux faire connaissance. Dimanche, pour le petit-déjeuner, elle nous a achetés des croissants bien croustillants et très appréciés. Merci Marianne ! Enfin, c’était au tour de chacun de nous de se présenter.
Nous aimons ces veillées avec la communauté. Elles sont rares mais elles sont intenses. Nous y vivons des moments privilégiés de complicité avec l’une ou l’autre des sœurs Annonciades qui s’intensifient avec le temps. Les plus anciennes et anciens d’entre nous peuvent en témoigner.

Nous sommes revenus sur Paris le dimanche après-midi enrichis humainement et dans la joie. Nous avons appris à mieux nous connaître en vivant ensemble pendant trois jours. Cette expérience de vie commune à travers nos différentes activités ont permis de tisser une réelle amitié fraternelle entre nous, car la Fraternité ne s’improvise pas. Elle est l’effort de chacune et de chacun. Elle est un chemin de paix.

Que le Seigneur soit béni pour ces trois jours. « Qu’il nous fasse croître davantage dans l’amour que nous avons les uns envers les autres et envers tous » (1 Th 3, 12).

Shares
Share This