Chers amis,

 Le mois de Juin est là. L’année scolaire touche à sa fin. Chacun fait le bilan de son activité, attend de découvrir les résultats de ses examens scolaires ou étudiants. Les jeunes professionnels parmi vous font aussi le point de l’année écoulée et bientôt nous ferons nos valises pour aller nous reposer, changer d’air, refaire nos forces.

 Un jour, c’est notre passage sur cette terre qui arrivera à son terme : l’heure viendra où je passerai de ce monde à Celui de Dieu. Et d’ailleurs, le jour de mon baptême, j’ai déjà vécu ce passage de ma vie à La Vraie Vie, celle que me donne le Seigneur Jésus puisque ce sacrement me donne de passer par la mort et la Résurrection du Christ.

 N’est-il pas un peu triste de vous parler de ce sujet au moment de la joyeuse décompression qu’est la période estivale ? Je  suis convaincue du contraire. La vie est un voyage, un pèlerinage qui s’achèvera un jour. La Vie éternelle qui est un éternel Aujourd’hui dans la Divine Intimité qu’est notre Dieu Père, Fils et Saint Esprit donne le sens et le poids de toute ma vie ici-bas ! Elle en dit le sérieux ! Nous ne recommencerons pas notre vie ! « Ma vie n’est qu’un instant, une heure passagère, ma vie n’est qu’un seul jour qui m’échappe et qui fuit, tu le sais O mon Dieu, pour t’aimer sur la terre je n’ai rien qu’aujourd’hui ! » : voilà ce que chantait sainte Thérèse de l’Enfant Jésus !

 Mes actions quotidiennes ont un poids d’éternité et à chaque instant je suis en présence et en contacte avec Mon Dieu qui est mon éternel Aujourd’hui dans ce temps qui passe. Quel profond mystère ! Comme nous vivrions différemment maintenant si nous considérions plus souvent cette réalité pleine d’Espérance ! Le Père Gabriel Maria et Sainte Jeanne de France nous invitent souvent à penser à la mort ! Est-ce une pensée sinistre et morbide de leur part ? Est-ce par crainte, par peur ? Mais non ! C’est par un sens profond de la Vraie Vie que nous, en 2018, avons beaucoup perdu je crois ! Nous vivons sans y penser ! Comme si nous n’avions que cette vie ! On s’installe en ce monde comme dans un canapé qu’on essaye d’arranger pour qu’il soit le plus confortable possible ! Et on oublie l’Essentiel ! Saint Paul nous invite à recherchez les choses d’en haut….

 Du moment donc que vous êtes ressuscités avec le Christ, recherchez les choses d’en haut, là où se trouve le Christ, assis à la droite de Dieu. Songez aux choses d’en haut, non à celles de la terre. Car vous êtes morts, et votre vie est désormais cachée avec le Christ en Dieu : quand le Christ sera manifesté, lui qui est votre vie, alors vous aussi vous serez manifestés avec lui pleins de gloire. (Col 3, 1-4)

 Combien de choses futiles laisserions-nous de côté si nous avions ce regard levé vers Dieu Aujourd’hui ? Comment ferions-nous nos choix de vie, comment regarderions-nous le monde qui nous entoure si nous gardions les réalités d’en haut devant les yeux de notre cœur ?

 En ce mois de Juin, mois dédié au Sacré-Cœur de Jésus en qui sont tous les trésors de l’Amour de Dieu, je vous invite à penser à cette profondeur de notre vie à la lumière de l’Autre Vie, qui est déjà là mais qui nous attend aussi ! « Je veux voir Dieu, et pour le voir il faut mourir » (Ste Thérèse de Jésus, vida 1). Bon mois de juin ! Et rendez-vous au prochain weekend FAJ (Fraternité Annonciade Jeunes) qui aura lieu le 30 juin-1er juillet 2018.

 Le thème de ce weekend sera « La vocation de la femme » selon la lettre apostolique de Jean-Paul II.

 Dernier weekend de l’Année scolaire : venez découvrir cette si sympathique et joyeuse Fraternité ouverte aux filles qui veulent approfondir leur vie ! (à partir de 18 ans). En venant voir, vous ne prenez qu’un risque : celui d’avoir envie de revenir ! Alors à bientôt…et pensez à vous inscrire sans tarder ! C’est tellement plus pratique pour l’organisation du weekend !

 ***                              

                    Extraits du Catéchisme de l’Eglise Catholique :          

Le sens de la mort chrétienne

1010                 

025|  Grâce au Christ, la mort chrétienne a un sens positif. “Pour moi, la vie c’est le Christ et mourir un gain” (Ph 1,21). “C’est là une parole certaine: si nous mourons avec lui, nous vivrons avec lui” (2Tm 2,11). La nouveauté essentielle de la mort chrétienne est là: par le Baptême, le chrétien est déjà sacramentellement “mort avec le Christ”, pour vivre d’une vie nouvelle; et si nous mourons dans la grâce du Christ, la mort physique consomme ce “mourir avec le Christ” et achève ainsi notre incorporation à Lui dans son acte rédempteur:

 027| Il est bon pour moi de mourir dans (“eis”) le Christ Jésus, plus que de régner sur les extrémités de la terre. C’est lui que je cherche, qui est mort pour nous; lui que je veux, qui est ressuscité pour nous. Mon enfantement approche … Laissez-moi recevoir la pure lumière; quand je serai arrivé là, je serai un homme (S. Ignace d’Antioche, Rm 6,1-2).

 1011

030|  Dans la mort, Dieu appelle l’homme vers Lui. C’est pourquoi le chrétien peut éprouver envers la mort un désir semblable à celui de S. Paul: “J’ai le désir de m’en aller et d’être avec le Christ” (Ph 1,23); et il peut transformer sa propre mort en un acte d’obéissance et d’amour envers le Père, à l’exemple du Christ (cf. Lc 23,46):

 032|  Mon désir terrestre a été crucifié; … il y a en moi une eau vive qui murmure et qui dit au dedans de moi “Viens vers le Père” (S. Ignace d’Antioche, Rm 7,2).

 034|  Je veux voir Dieu, et pour le voir il faut mourir (Ste. Thérèse de Jésus, vida 1).

 036|  Je ne meurs pas, j’entre dans la vie (Ste. Thérèse de l’Enfant-Jésus, verba).

1013

044| La mort est la fin du pèlerinage terrestre de l’homme, du temps de grâce et de miséricorde que Dieu lui offre pour réaliser sa vie terrestre selon le dessein divin et pour décider son destin ultime. Quand a pris fin “l’unique cours de notre vie terrestre” (LG 48), nous ne reviendrons plus à d’autres vies terrestres. “Les hommes ne meurent qu’une fois” (He 9,27). Il n’y a pas de “réincarnation” après la mort.

 1014

047|  L’Eglise nous encourage à nous préparer pour l’heure de notre mort (“Délivre-nous, Seigneur, d’une mort subite et imprévue”: Litanie des saints), à demander à la Mère de Dieu d’intercéder pour nous “à l’heure de notre mort” (Prière “Ave Maria”), et à nous confier à saint Joseph, patron de la bonne mort:

049|  Dans toutes tes actions, dans toutes tes pensées tu devrais te comporter comme si tu devais mourir aujourd’hui. Si ta conscience était en bon état, tu ne craindrais pas beaucoup la mort. Il vaudrait mieux se garder de pécher que de fuir la mort. Si aujourd’hui tu n’es pas prêt, comment le seras-tu demain? (Imitation du Christ 1,23,1).

051| Loué sois-tu, mon Seigneur, pour soeur notre mort corporelle, à qui nul homme vivant ne peut échapper. Malheur à ceux qui mourront dans les péchés mortels, heureux ceux qu’elle trouvera dans ses très saintes volontés, car la seconde mort ne leur fera pas mal (St François d’Assise, cant.).

***

La communauté de Thiais rénove son monastère

Un grand merci

Shares
Share This