Une biographie d’Eloi leclerc, franciscain et auteur, entre autres,  du maître-livre “Sagesse d’une pauvre” vient de paraître, aux Editions Savator.

Du site internet des Franciscains de Paris :

« Tous les lecteurs qui ont apprécié “Sagesse d’un pauvre” et l’oeuvre abondante et diverse du Frère Eloi LECLERC se réjouiront de la parution d’une belle biographie de ce maître spirituel dont les livres ont été traduit en plus de 15 langues. L’auteur Michel SAUQUET qui a déjà publié plusieurs livres sur François d’Assise et la famille franciscaine, nous présente le frère Eloi dont l’expérience religieuse a été marquée, tant par sa famille chrétienne que par l’épreuve majeure de sa vie que fut son séjour tragique en camp de concentration nazie, où il vit mourir à ses côtés quatre de ses frères franciscains. Une fois surmontée la désespérance qu”engendra cette épreuve, il composa dans toute son œuvre un itinéraire de remise de soi entre les mains de Dieu, en suivant l’itinéraire de François d’Assise. – Un très beau livre, publié chez Salvator. «

Une présentation du livre est prévue le mardi 13 novembre à 19 h, couvent Saint-François, 7 rue Marie-Rose, 75014 PARIS

Une pensée d’Eloi Leclerc :

« Le mot le plus terrible qui ait été prononcé contre notre temps est peut-être celui-ci: «nous avons perdu la naïveté”. En perdant cette “naïveté”, l’homme a aussi perdu le secret du bonheur. Toutes ses sciences et ses techniques le laissent inquiet et seul. Seul devant la mort; Seul devant ses infidélités et celles des autres, au milieu du grand troupeau humain. Seul aux prises avec ses démons qui ne l’ont pas déserté. À certaines heures de lucidité, l’homme comprend que rien, absolument rien ne pourra lui rendre une joyeuse et profonde confiance dans la vie, à moins d’un recours à une source qui soit en même temps un retour à l’esprit d’enfance. Sur ce chemin qui conduit à l’esprit d’enfance, un homme aussi simple et aussi pacifié que Saint François d’Assise a quelque chose à nous dire. Ce saint du Moyen-Âge nous est étonnamment proche. Ah! Nous ne le sentons que trop, il ne peut y avoir de sagesse pour nous qui sommes si riches de science sans un retour à la pure simplicité. Mais qui donc, mieux que le Pauvre d’Assise, peut nous apprendre ce qu’est la pure simplicité? »

La communauté de Thiais rénove son monastère

Un grand merci

Shares
Share This