La Fraternité de Tibériade est une communauté religieuse catholique d’inspiration franciscaine dont la maison-mère est à Lavaux-Sainte-Anne en Belgique. En Lituanie, ils sont sept frères (dont un frère lituanien et un prêtre) dans un village de campagne d’une vingtaine d’habitants, perdu au milieu des lacs et des forêts majestueuses. Ils ont restauré l’église de bois du village et ont construit un oratoire, dédié à saint Joseph. Ils habitent dans une ferme, ancien kolkhoze, et évangélisent la région.Depuis plusieurs années au sein de leur fraternité, plus de      1 000 jeunes viennent tous les ans se ressourcer.

Cette année, un groupe d’une cinquantaine de jeunes lituaniens  passe une semaine en Belgique accompagnés des frères. Le lundi 8 juillet, de retour vers leur pays,  ils s’arrêtent pour la nuit chez nous! Ne disposant que de 24 lits à l’accueil, nous ne pouvons pas tous leur proposer des chambres individuelles.

Alors l’accueil de notre monastère se transforme en une sorte de tente géante où ils viennent s’abriter: des tapis de sol recouvrent rapidement le parquet de la salle de conférence, au premier étage pour les filles (une trentaine), au deuxième étage pour les garçons.

A 18h30,  ils participent à la Messe dans notre chapelle, qu’ils  animent de chants joyeux à la guitare.

Puis c’est l’heure du dîner ! Nourrir 50 personnes, sans plaque chauffante à l’accueil ! Nous nous servons  de tous les chaudrons de la cuisine  pour faire cuire des spaghettis, avec sauce aux petits lardons. Les jeunes attendent patiemment à l’extérieur de l’accueil, gamelle à la main !

Ensuite les frères de Tibériade nous invitent à les rencontrer, pour parler de notre spiritualité, sûrement peu connue en Lituanie. 

Mais comment faire? Le lituanien est une langue appartenant au groupe baltique oriental de la famille des langues indo-européennes, qui n’a rien de commun avec le polonais, ni avec le français!

Quatre groupes sont alors organisés, avec une sœur Annonciade et un frère de Tibériade qui peut traduire. Les échanges sont bons, il  y a même des questions pertinentes sur notre vie monastique : Comment la moniale vit-elle une relation proche avec le Seigneur tout au long du jour ? Comment peut-elle vivre en permanence avec les mêmes sœurs ?…

Leur départ est prévu à 8h.

Nous arrivons à comprendre un mot, le seul mot lituanien que nous avons réussi à apprendre rapidement: ačiū, qui se prononce « Atchou! » et qui signifie merci !

Avant de monter dans le car, ils étendent tous la main droite vers nous et chantent, demandant au Seigneur de nous bénir.

Les frères s’exclament alors émus: “Oui, quand les lituaniens prient, c’est profond!”

Nous espérons bien les revoir l’année prochaine !

 

 

 

La communauté de Thiais rénove son monastère

Un grand merci

Shares
Share This