Introduction

Chers tous,

En ce 21 mai 2020, jour de l’Ascension, je vous invite à vivre une retraite qui nous préparera à la Pentecôte… Mettons-nous déjà en route avec Théophile :

Théophile ? C’est à lui que saint Luc adresse son livre en deux volumes : je vous invite à ouvrir votre Bible et à lire le début de l’Évangile selon saint Luc et les premières lignes du livre des Actes des Apôtres. Théophile veut dire « ami de Dieu » …. Que chacun de nous se glisse dans les baskets de ce Théophile : Nous qui sommes en quête de Dieu ne désirons-nous pas être « amis de Dieu » ? En ce premier jour de marche vers la Pentecôte je vous propose une prière à l’Esprit Saint : nous pouvons la dire chaque jour  pour nous préparer à la venue de l’Esprit Saint. Je suggère également de lire dans le livre des actes des Apôtres le chapitre 1 verset 1 à 5 et de prendre un temps de silence.

Bonne journée et à demain !

Viens, Esprit-Saint,
et envoie du haut du ciel
un rayon de ta lumière.

Viens en nous, père des pauvres,
viens, dispensateur des dons,
viens, lumière de nos cœurs.

Consolateur souverain,
hôte très doux de nos âmes
adoucissante fraîcheur.

Dans le labeur, le repos,
dans la fièvre, la fraîcheur,
dans les pleurs, le réconfort.

O lumière bienheureuse,
viens remplir jusqu’à l’intime
le cœur de tous tes fidèles.

Sans ta puissance divine,
il n’est rien en aucun homme,
rien qui ne soit perverti.

Lave ce qui est souillé,
baigne ce qui est aride,
guéris ce qui est blessé.

Assouplis ce qui est raide,
réchauffe ce qui est froid,
rends droit ce qui est faussé.

A tous ceux qui ont la foi
et qui en toi se confient
donne tes sept dons sacrés.

Donne mérite et vertu,
donne le salut final
donne la joie éternelle.

****

Premier jour

Jésus est Vivant !
Les Apôtres en ont fait l’expérience : Jésus a donné ses instructions à ceux qu’il avait choisis sous l’action de l’Esprit Saint, il s’est présenté à eux après sa Passion, il leur est apparu pendant quarante jours et les a entretenus du Royaume de Dieu, il a aussi partagé des repas avec eux.

Dans sa première  épître, Jean lui aussi insiste : « Ce que nous avons vu de nos yeux…., ce que nous avons entendu…., ce que nous avons contemplé….., ce que nos mains ont touché du Verbe de Vie » (1 Jn 1. 1à 4)

Si nous pouvons dire aujourd’hui « Jésus est Vivant », et construire toute une vie sur Lui  c’est d’abord parce que nous avons reçu ce témoignage des apôtres transmis fidèlement par une nuée de témoins. Et pourtant ils sont fragiles ces témoins : Un qui trahit, un autre qui renie et le reste du groupe qui est parti à l’heure de la Passion ! En fait c’est magnifique : Jésus n’a pas peur de notre fragilité. Gardons au cœur cette réalité : Jésus n’a pas peur de notre fragilité !

Alors en ce deuxième jour de retraite avec Théophile, faisons mémoire des témoins qui nous ont marqués. Souvenons-nous de ceux qui nous aidés à nous mettre en route à la suite de Jésus.

Luc a rencontré des témoins et il devient témoin à son tour annonçant à Théophile ce qu’il a vu et entendu. Il a communiqué la flamme ! A notre tour prions le Seigneur de faire de nous d’authentiques témoins.

Bonne journée et à demain !

En exercice pour ce jour, nous pouvons lire le début de la première épître de Saint Jean, les  versets 1 à 4. Bonne journée.

Deuxième jour

  • Il vit, le Christ, notre espérance et il est la plus belle jeunesse de ce monde. Tout ce qu’il touche devient jeune, devient nouveau, se remplit de vie. Les premières paroles que je voudrais adresser à chacun des jeunes chrétiens sont donc : Il vit et il te veut vivant !
  • Il est en toi, il est avec toi et jamais ne t’abandonne. Tu as beau t’éloigner, le Ressuscité est là, t’appelant et t’attendant pour recommencer. Quand tu te sens vieilli par la tristesse, les rancœurs, les peurs, les doutes ou les échecs, il sera toujours là pour te redonner force et espérance. (Exhortation apostolique post-synodale Christus vivit du Saint Père François)

« Étant donc réunis, ils l’interrogeaient ainsi : « Seigneur, est-ce maintenant, le temps où tu vas restaurer la  Royauté en Israël ? »  (Ac 1, 6) »

Les apôtres n’ont toujours pas compris…ils attendent un Messie qui est tout autre que Jésus. Nous même n’attendons-nous pas de Dieu qu’il soit autre que ce qu’il est ? « Si Dieu existait, il n’y aurait pas toute cette souffrance, tous ces malheurs…etc…! J’ai tant d’épreuves dans ma vie comment Dieu peut-il me laisser ainsi ? » Ces pensées traversent si facilement nos têtes ! Nous imaginons Dieu selon nous et ainsi nous nous fabriquons un faux Dieu….au lieu de le recevoir Lui tel qu’Il Est ! Il est tellement plus immense, tellement  plus bon que tout ce qu’on peut concevoir ! « Dieu est Amour »  (1 Jn 4, 8) et  il nous dit à l’oreille « vos pensées ne sont pas mes pensées, et mes voies ne sont pas vos voies, oracle du Seigneur. Autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, autant sont élevées mes voies au-dessus de vos voies, et mes pensées au-dessus de vos pensées.”(Is 55, 8-9) . Comme on doit être petit pour écouter vraiment le Seigneur ! Petit selon l’Evangile ! Petit comme celui à qui Dieu se révèle : « En ce temps-là Jésus prit la parole et dit : “Je te bénis, Père, Seigneur du ciel et de la terre, d’avoir caché cela aux sages et aux intelligents et de l’avoir révélé aux tout-petits.
Oui, Père, car tel a été ton bon plaisir.

Tout m’a été remis par mon Père, et nul ne connaît le Fils si ce n’est le Père, et nul ne connaît le Père si ce n’est le Fils, et celui à qui le Fils veut bien le révéler. » (Mt 11, 25-28) Bonne journée et à demain. Un petit exercice pour aujourd’hui : Louons le Seigneur  ! Avec les mots de Saint François qui suivent :

« Tu es le seul saint, Seigneur Dieu, Toi qui fais des merveilles. Tu es fort. Tu es grand. Tu es souverain. Tu es tout-puissant toi, Père saint, roi du ciel et de la terre. Tu es Trinité en même temps qu’unité, Seigneur Dieu. Tu es le bien, tout le bien, le bien suprême, Seigneur Dieu, vivant et vrai. Tu es amour et charité, Tu es sagesse, Tu es humilité, Tu es patience. Tu es sécurité. Tu es le repos. Tu es la gaieté et la joie. Tu es justice et tempérance. Tu es la beauté. Tu es la douceur. Tu es notre abri, notre gardien, notre défenseur. Tu es la force. Tu es la fraîcheur. Tu es notre foi. Tu es notre grande douceur. Tu es notre vie éternelle, grand et admirable Seigneur, Dieu tout-puissant, bon Sauveur plein de miséricorde. Amen. » (Saint François d’Assise (1182-1226).

Troisième jour

« Attendre ce que le Père avait promis …» (Ac 1, 4)

« Comme il vous avait dit…. » (Mc 16, 7) « Rappelez-vous comment il vous a parlé, quand il était encore en Galilée… » (Lc 24, 6)

Nous sommes invités à faire confiance en ce que nous dit le Seigneur. Nous sommes conviés à vraiment nous laisser guider par sa Parole. Simplement parce que c’est Lui qui nous le dit. Creuser sa Parole humblement, quotidiennement, acceptant d’être sans cesse dépassé par ce qu’il nous murmure, consentir aussi à ne pas comprendre, mais à garder tout cela dans notre cœur comme Marie et alors cette Parole par le Souffle de l’Esprit Saint éclairera nos pas aujourd’hui et demain et chaque jour.
Posons-nous la question en ce jour : ai-je vraiment confiance en Dieu ? Essayons de nous rappeler ce qu’il nous dit….. Je vous propose aussi une lecture dans l’épître aux Colossiens au chapitre 3, versets 1 à 4.

Bon dimanche.

 

Quatrième jour

« Et une nuée le déroba à leurs yeux » (Ac 1, 9)

Le Seigneur lui-même marchait à leur tête : le jour dans une colonne de nuée pour leur ouvrir la route, la nuit dans une colonne de feu pour les éclairer ; ainsi pouvaient-ils marcher jour et nuit.(Ex 13, 21)

Dans la journée, la nuée du Seigneur reposait sur la Demeure, et la nuit, un feu brillait dans la nuée aux yeux de tout Israël. Et il en fut ainsi à toutes leurs étapes.(Ex 40, 38)
Tu l’as vu aussi dans le désert : le Seigneur ton Dieu t’a porté, comme un homme porte son fils, tout au long de la route que vous avez parcourue jusqu’à votre arrivée en ce lieu. Et, malgré cela, vous n’avez pas mis votre foi dans le Seigneur votre Dieu,

Lui qui marchait devant vous sur la route pour chercher le lieu de vos campements : il était dans le feu durant la nuit pour éclairer vos pas sur le chemin, et dans la nuée durant le jour. » ( Dt 1, 31 à 33)

Je pourrai allonger la liste encore des si nombreux passages bibliques qui évoquent cette nuée : La nuée, dans l’ancien Testament, se place au-dessus de la présence de Dieu –la Shekina : s’il y a nuée c’est qu’il y a présence de Dieu : elle signifie que Dieu est là.

Cette nuée qui voile la présence de Jésus qu’est-elle pour nous ? N’est-ce pas cet humble quotidien de notre vie ? Cet instant présent sans éclat qui ne fait pas de bruit ? Notre vie ordinaire a en réalité une profondeur insoupçonnable au premier coup d’œil. N’avons-nous pas de mal à penser que Dieu est tout proche ? Jésus nous l’a dit : « Et voici que je suis avec vous pour toujours jusqu’à la fin de l’âge » (Mt 28, 20). Il est « l’Emmanuel » –« Dieu avec nous ». Ouvrons les yeux de notre cœur ; invoquons le Saint Esprit pour discerner la présence de Dieu dans notre Aujourd’hui.

Petit exercice pratique : aujourd’hui je vais m’arrêter au moins une fois dans la journée, 5 minutes pour dire au Seigneur : « Jésus, je sais que tu es là, tu demeures en moi : je mets toute ma confiance en toi ! »

Cinquième jour

Avec Marie, la Mère de Jésus… (Ac 1, 14)

Cette année, la Pentecôte coïncide avec la fête de la Visitation: d’un côté, les apôtres réunis tous ensemble reçoivent le don de l’Esprit Saint et sortent aussitôt pour annoncer la Nouvelle: « Ce Jésus, Dieu l’a ressuscité; nous tous, nous en sommes témoins. »(Ac 2, 32) Ils étaient dans la maison, ils en sortent pour être messagers de la joie pascale.

De l’autre côté, Marie, chez elle, vit cette rencontre inouïe au moment de l’Annonciation : « L’ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. » (…) (Lc 1, 29) Et aussitôt, elle aussi sort de sa maison et se rend en hâte chez sa cousine Elisabeth « En ces jours-là, Marie se mit en route et se rendit avec empressement vers la région montagneuse, dans une ville de Judée. Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth. Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie d’Esprit Saint, et s’écria d’une voix forte : « Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni. D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? Car, lorsque tes paroles de salutation sont parvenues à mes oreilles, l’enfant a tressailli d’allégresse en moi.

Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur. » (Lc 1, 40-45) »Marie aussi est messagère de la Joie Divine. Relisons ces pages en parallèles : traversées par l’Esprit Saint, elles sont pleines d’élan, de joie, de don de soi, de louange. Et quelques lignes avant le récit de la Pentecôte Luc nous signale la présence de Marie avec le groupe des Apôtres. Marie, la mère de Jésus est là ! vivons ces derniers jours avant la solennité de la Pentecôte avec Elle.

Je vous propose pour cela de dire un chapelet aujourd’hui. Je vous en reparlerai demain !

Sixième jour

Avec quelques femmes dont Marie, Mère de Jésus….

Dans ces mots, combien l’humilité de Marie transparaît ! Elle est là, au milieu des autres femmes-elle est tout simplement signalée comme étant la Mère de Jésus. Et elle est là. Une présence discrète. Si discrète Marie ! Seulement quelques mots sur elle dans les Évangiles. Elle est la Mère de Jésus- Elle est là : c’est tout !

Et c’est tout Elle. Elle est là créant un climat par sa simple présence. Un climat qui nous oriente vers Le Seigneur. Plus on se plonge dans ce climat par des Ave Maria égrainés sur le chapelet, plus notre regard se fixe sur Jésus. Elle met Son Fils en lumière dans notre vie et elle, elle s’efface complètement.

Aujourd’hui, regardons Marie dans l’Évangile : prenez le temps de bien regarder : elle n’est jamais au centre !

« À Celle qui intercède.
La Seule qui puisse parler de l’autorité d’une mère.
S’adresser hardiment à Celle qui est infiniment pure.
Parce qu’aussi Elle est infiniment douce…
À Celle qui est infiniment riche.
Parce qu’aussi Elle est infiniment pauvre.
À Celle qui est infiniment haute.
Parce qu’aussi Elle est infiniment descendante.
À Celle qui est infiniment grande.
Parce qu’aussi Elle est infiniment petite.
Infiniment humble.
Une jeune mère.
À Celle qui est infiniment jeune.
Parce qu’aussi Elle est infiniment mère…
À Celle qui est infiniment joyeuse.
Parce qu’aussi Elle est infiniment douloureuse…
À Celle qui est infiniment touchante.
Parce qu’aussi Elle est infiniment touchée.
À Celle qui est toute Grandeur et toute Foi.
Parce qu’aussi Elle est toute Charité…
À Celle qui est Marie.
Parce qu’Elle est pleine de grâce.
À Celle qui est pleine de grâce.
Parce qu’Elle est avec nous.
À Celle qui est avec nous.
Parce que le Seigneur est avec Elle ».
Ainsi soit-il.
Charles Péguy (1873-1914)

Septième jour

« Laissez-vous guider intérieurement par un esprit renouvelé. Adoptez le comportement de l’homme nouveau créé saint et juste dans la vérité, à l’image de Dieu. (Ep 4, 23-24) »
Se laisser guider intérieurement par l’Esprit Saint, comme un voilier poussé par le vent ! Voilà quelque chose que La Vierge Marie sait faire dans sa simplicité de cœur qui n’offre aucun obstacle à la grâce, qui ne Lui résiste en rien : « Comment cela va-t-il se faire ? »… « L’Esprit Saint viendra sur toi…..La Puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre… » Se laisser prendre sous l’ombre de Dieu. Accepter d’une certaine façon d’être enfouie dans cette ombre. « Je suis la Servante du Seigneur. Qu’il me soit fait selon Ta Parole ». C’est ainsi que Marie s’est laissée associée à l’œuvre de Dieu. Elle s’est laissée façonnée par Lui.

Cette attitude intérieure de profonde docilité à l’Esprit Saint passe par une découverte de ce que l’on est profondément : une créature limitée, qui ne peut pas. « Je ne peux pas ! »….c’est alors seulement que l’Esprit Saint peut faire quelque chose car alors nous lui laissons enfin le volant ! Aujourd’hui, nous pourrions lire l’ensemble du chapitre 4 de l’épître de saint Paul aux Éphésiens. À demain.

ORAISON : Que ton Esprit Saint, Dieu créateur, nous transforme par ses dons : qu’il change notre cœur en un cœur que tu aimes, parfaitement accordé à ta volonté. (Prière du Temps Présent)

Catéchèse du Pape François sur le Saint Esprit :

Chers frères et sœurs, bonjour !

Le temps pascal que nous sommes en train de vivre dans la joie, guidés par la liturgie de l’Église, est par excellence le temps de l’Esprit Saint donné « sans mesure » (cf. Jn 3, 34) par Jésus crucifié et ressuscité. Ce temps de grâce se conclut par la fête de la Pentecôte, où l’Église revit l’effusion de l’Esprit sur Marie et sur les apôtres réunis en prière au cénacle.

Mais qui est l’Esprit-Saint ? Dans le Credo, nous confessons avec foi : « Je crois en l’Esprit Saint qui est Seigneur et qui donne la vie ». La première vérité à laquelle nous adhérons dans le Credo est que l’Esprit-Saint est Kyrios, Seigneur. Cela signifie qu’il est vraiment Dieu comme le sont le Père et le Fils, objet, de notre part, du même acte d’adoration et de glorification que celui que nous adressons au Père et au Fils. L’Esprit Saint, en effet, est la troisième personne de la sainte Trinité ; il est le grand don du Christ ressuscité qui ouvre notre esprit et notre cœur à la foi en Jésus, le Fils envoyé par le Père, et qui nous guide à l’amitié, à la communion avec Dieu.

Mais je voudrais m’arrêter surtout sur le fait que l’Esprit Saint est la source inépuisable de la vie de Dieu en nous. L’homme de tous les temps et de tous les lieux désire une vie pleine et belle, juste et bonne, une vie qui ne soit pas menacée par la mort, mais qui puisse mûrir et grandir jusqu’à atteindre sa plénitude. L’homme est comme un marcheur qui, à travers les déserts de la vie, a soif d’une eau vive, jaillissante et fraîche, capable de désaltérer en profondeur son désir intime de lumière, d’amour, de beauté et de paix. Nous ressentons tous ce désir ! Et Jésus nous donne cette eau vive : c’est l’Esprit-Saint, qui procède du Père et que Jésus répand dans nos cœurs. « Je suis venu pour qu’on ait la vie, et qu’on l’ait surabondante », nous dit Jésus (Jn 10, 10).

Jésus promet à la Samaritaine de donner une « eau vive », en surabondance et pour toujours, à tous ceux qui le reconnaissent comme le Fils envoyé par le Père pour nous sauver (cf. Jn 4, 5-26 ; 3-17). Jésus est venu nous donner cette « eau vive » qu’est l’Esprit-Saint pour que notre vie soit guidée par Dieu, animée par Dieu, nourrie par Dieu. C’est ce que nous voulons dire, lorsque nous disons que le chrétien est un homme spirituel : le chrétien est une personne qui pense et agit selon Dieu, selon l’Esprit Saint. Mais je me pose une question : et nous, est-ce que nous pensons selon Dieu ? Est-ce que nous agissons selon Dieu ? Ou nous laissons-nous guider par beaucoup d’autres choses qui ne sont pas vraiment Dieu ? Chacun de nous doit répondre à cette question au fond de son cœur.

Nous pouvons maintenant nous demander : pourquoi cette eau peut-elle désaltérer en profondeur ? Nous savons que l’eau est essentielle à la vie ; sans eau, on meurt ; l’eau désaltère, lave, féconde la terre. Dans la Lettre aux Romains, nous trouvons cette expression : « L’amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par le Saint Esprit qui nous fut donné.» (5, 5). L’« eau vive », l’Esprit Saint, Don du Ressuscité qui fait sa demeure en nous, nous purifie, nous éclaire, nous renouvelle, nous transforme parce qu’elle nous rend participants de la vie même de Dieu qui est amour.

C’est pourquoi l’apôtre Paul affirme que la vie du chrétien est animée par l’Esprit et par les fruits de l’Esprit, qui sont « amour, joie, paix, longanimité, serviabilité, bonté, confiance dans les autres, douceur, maîtrise de soi » (Ga 5, 22-23). L’Esprit-Saint nous introduit dans la vie divine comme « fils du Fils unique ». Dans un autre passage de la Lettre aux Romains, que nous avons rappelé plusieurs fois, saint Paul le synthétise par ces mots : « En effet, tous ceux qu’anime l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu. Aussi bien n’avez-vous pas reçu un esprit d’esclaves pour retomber dans la crainte ; vous avez reçu un esprit de fils adoptifs qui nous fait nous écrier : Abba ! Père ! L’Esprit en personne se joint à notre esprit pour attester que nous sommes enfants de Dieu. Enfants, et donc héritiers ; héritiers de Dieu, et cohéritiers du Christ, puisque nous souffrons avec lui pour être aussi glorifiés avec lui. » (8, 14-17).

Voilà le don précieux que l’Esprit-Saint met dans nos cœurs : la vie même de Dieu, une vie de véritables enfants, une relation de familiarité, de liberté et de confiance dans l’amour et dans la miséricorde de Dieu, qui a aussi pour effet de nous donner un regard nouveau sur les autres, qu’ils soient proches ou lointains, que nous voyons toujours comme des frères et sœurs en Jésus, à respecter et à aimer. L’Esprit Saint nous apprend à regarder avec les yeux du Christ, à vivre notre vie comme le Christ a vécu la sienne, à comprendre la vie comme le Christ l’a comprise.

Voilà pourquoi l’eau vive qu’est l’Esprit Saint désaltère notre vie, parce qu’il nous dit que nous sommes aimés de Dieu comme des enfants, que nous pouvons aimer Dieu comme ses enfants et que, avec sa grâce, nous pouvons vivre en enfants de Dieu, comme Jésus. Et nous, écoutons-nous l’Esprit Saint ? Que nous dit l’Esprit Saint ? Il dit : Dieu t’aime. Il nous dit ceci. Dieu t’aime. Dieu t’aime vraiment. Et nous, est-ce que nous aimons Dieu et les autres, comme Jésus ? Laissons-nous guider par l’Esprit Saint, laissons-le parler à notre cœur et nous dire ceci : que Dieu est amour, que Dieu nous attend, que Dieu est le Père, il nous aime comme un véritable Père, il nous aime vraiment et ceci, seul l’Esprit Saint le dit à notre cœur. Entendons l’Esprit-Saint, écoutons-le et avançons sur ce chemin d’amour, de miséricorde et de pardon. Merci.

Huitième jour

Chers amis,

Tout d’abord, voici ci-dessous la première lecture de la Messe du jour de la Pentecôte autour de laquelle nous ferons un partage samedi matin de 10 h 15 à 11 h 15 par visio- conférence. Si vous voulez nous rejoindre, dites le moi. (smannonciation@gmail.com)

Nous approchons donc du jour J. Je voudrai revenir sur ce que j’ai commencé hier : nous arrivions au moment où enfin, nous laissions le volant au Saint Esprit. Le chemin qui nous mène à cette radicale disponibilité est un chemin de pauvreté. Depuis des années on essaye de changer quelque chose en nous et autour de nous et puis on se heurte à un échec répété. On découvre notre impuissance. Alors notre prière comme un cri jaillie avec une authenticité incroyable : « Dieu viens à mon aide ! Seigneur à notre secours ! »

Les apôtres ont tous fait cette expérience : ils ont mis leurs pas dans ceux de Jésus, ils l’ont écouté pendant les années de son ministère public, ils ont tant partagé avec Lui ! Et puis ils ont si peu compris et finalement ils l’ont laissé tomber à l’heure de la Passion. Mais l’Esprit Saint a pu alors agir en eux et par eux. Mais il fallait d’abord qu’ils se rendent compte que par eux-mêmes, ils étaient sans force.

En ce jour, je vous propose de lire le psaume 130 : PSAUME 130

Seigneur, je n’ai pas le cœur fier ni le regard ambitieux ; * je ne poursuis ni grands desseins, ni merveilles qui me dépassent. Non, mais je tiens mon âme égale et silencieuse ; * mon âme est en moi comme un enfant, comme un petit enfant contre sa mère. Attends le Seigneur, Israël, * maintenant et à jamais.

MESSE DU JOUR

PREMIÈRE LECTURE« Tous furent remplis de l’Esprit Saint et se mirent à parler en d’autres langues » (Ac 2, 1-11)

Lecture du livre des Actes des Apôtres

Quand arriva le jour de la Pentecôte, au terme des cinquante jours après Pâques, ils se trouvaient réunis tous ensemble.

Soudain un bruit survint du ciel comme un violent coup de vent : la maison où ils étaient assis en fut remplie tout entière. Alors leur apparurent des langues qu’on aurait dites de feu, qui se partageaient, et il s’en posa une sur chacun d’eux. Tous furent remplis d’Esprit Saint : ils se mirent à parler en d’autres langues, et chacun s’exprimait selon le don de l’Esprit. Or, il y avait, résidant à Jérusalem, des Juifs religieux, venant de toutes les nations sous le ciel. Lorsque ceux-ci entendirent la voix qui retentissait, ils se rassemblèrent en foule.

Ils étaient en pleine confusion parce que chacun d’eux entendait dans son propre dialecte ceux qui parlaient. Dans la stupéfaction et l’émerveillement, ils disaient : « Ces gens qui parlent ne sont-ils pas tous Galiléens ? Comment se fait-il que chacun de nous les entende dans son propre dialecte, sa langue maternelle ? Parthes, Mèdes et Élamites, habitants de la Mésopotamie, de la Judée et de la Cappadoce, de la province du Pont et de celle d’Asie, de la Phrygie et de la Pamphylie, de l’Égypte et des contrées de Libye proches de Cyrène, Romains de passage, Juifs de naissance et convertis, Crétois et Arabes, tous nous les entendons parler dans nos langues des merveilles de Dieu. » – Parole du Seigneur.

Neuvième jour

INTERCESSION
En mémoire de la Vierge Marie et des Apôtres, qui priaient au Cénacle dans l’attente de l’Esprit consolateur, nous supplions

Esprit de lumière et d’amour,
Souffle puissant du Très-Haut,
Source de tous les dons,
Guéris ce qui est blessé,
lave ce qui est souillé,
rends droit ce qui est faussé.

Dans la peine, sois le repos,
dans la fièvre la fraîcheur,
la consolation dans les larmes.
Sois la force dans la faiblesse,
la confiance dans le doute,
notre espérance dans la détresse.

Sois pour nous l’Amour du Père dans le Fils.

Chers tous,

En ce beau jour de la Pentecôte nous arrivons donc au terme de notre retraite avec ce cher Théophile et j’espère qu’avec lui, a grandi notre désir d’être toujours plus d’authentiques amis de Dieu.

Une petite méditation tout de même en ce dernier jour.

Aux Laudes, nous allons chanter cet invitatoire qui ouvre ce premier Office liturgique de la journée de demain:

Alléluia. L’Esprit du Seigneur emplit l’univers : venez, adorons notre Dieu. Alléluia !

L’Esprit du Seigneur remplit l’univers. Il remplit notre cœur. « Je crois en l’Esprit Saint qui est Seigneur et qui donne la vie » disons-nous dans le Credo : Cet Esprit qui plane sur les eaux à l’aube de la Création, qui traverse toute la Bible jusqu’à l’Apocalypse : « L’Esprit et l’Epouse disent « Vient ! »(Ap 22, 17). L’Esprit qui fait jaillir de nos cœurs ce cri des enfants de Dieu « Abba ! »

Dieu n’est pas chiche dans ses dons ! Il donne tout parce qu’il se donne lui-même ! En ce jour ouvrons nos yeux : regardons l’univers, la nature dans toute sa beauté et le fond de notre être pour y contempler l’Esprit qui remplit tout nous dit l’hymne Byzantine citée ci-dessus. Et ouvrons-Lui tout grand notre confiance ! Bonne fête de la Pentecôte chers amis.

A la demande des jeunes qui ont participé au partage de la Parole en visio-conférence, nous renouvellerons cette belle expérience : l’Evangile tisse une véritable fraternité dans la mesure où on le travaille ensemble. Aussi, nous proposerons d’autres rendez-vous autour de la Parole par ce moyen. Si vous désirez être invité, dites le moi tout simplement. A bientôt peut-être.

Sœur Marie de l’Annonciation OVM
(smannonciation@gmail.com)

Le logo de l'Annonciade

Recevez notre Lettre Info

Vous recevrez les informations, les nouvelles de l'Ordre de l'Annonciade et de chacun de ses monastères.

Vous vous êtes inscrit à notre Lettre Info avec succès

Shares
Share This