Avoir de la duplicité veut dire : extérieurement, se montrer autrement que l’on est en réalité dans son cœur.  Par exemple, je montre de l’amitié à une de mes sœurs, je me conduis extérieurement comme si elle m’était très chère, et que je désire son bien, mais ces dispositions ne sont pas dans mon cœur. Intérieurement, je crains qu’elle accepte ce que je lui présente. Je lui fais croire par ma conduite extérieure que je la préfère à toute autre, mais il n’en est pas ainsi dans mon cœur. Cela déplaît souverainement à la Sainte Vierge et est contraire à la vérité. Celle-ci exige que nous rejetions loin de nous toute duplicité ; que nous nous montrions au dehors telles que nous sommes au-dedans » (Bx P. Gabriel-Maria)

Ce troisième point est déconcertant au premier abord. Il donne une légère impression que le Père Gabriel-Maria se répète. En effet, on est toujours dans cet accord entre l’extérieur et l’intérieur. Cette unification entre ce que les autres voient et ce qu’ils ne voient pas mais que Dieu, lui, connaît et  nous-mêmes qui avons le plus souvent peur de rapprocher ce qui se voit de ce qui ne se voit pas. En réalité, Gabriel-Maria avance d’un cran à chaque point : il détail finement les étapes qui mènent à  l’unification de notre être. En ce troisième point, il nous indique le chemin de la simplicité qui bannit la duplicité. La suite de son propos nous fait clairement comprendre qu’il s’agit de combattre l’hypocrisie qui est en nous. L’hypocrisie est affectation de sentiments qu’on n’éprouve pas. En grec, l’hypocrite est un acteur et l’hypocrisie est le jeu ou débit de théâtre.  L’acteur joue un rôle. Le rôle d’un personnage qui est un autre que lui-même.

Jouons nous un rôle ? Un rôle de quelqu’un de bien, conforme à notre idéal … et puis derrière cette façade, se cachent nos pensées profondes que personne ne connaît. Un tumulte, notre bête tapie à la  porte de notre cœur comme dans celui de Caïn qui, loin de la scène, en coulisse, va tuer son frère en cachette par jalousie ? Le chemin d’humilité qui nous fait passer de la duplicité à la simplicité, du jeu de rôle à la vie réelle, de l’hypocrisie à la vérité n’est pas si facile à emprunter. Ce chemin est dur parce qu’il nous fait découvrir à  l’autre notre vulnérabilité et aussi notre impuissance à aimer. Nous sommes cramponnés à notre image de façade au lieu de laisser Jésus nous ajuster en profondeur à son Image à lui qui est La Vérité. Laisser monter à la lumière notre bête intérieure est sûrement le meilleur moyen  pour qu’elle se métamorphose en agneau par la grâce de Dieu. Même s’il faut du temps. Mais au bout du chemin, c’est sûr,  nous trouverons un fruit de paix et de véritable fraternité. Et surtout, surtout… même avec mes laideurs intérieures, même avec mes indescriptibles pauvretés, même avec tout mon tas de péchés, je serais toujours mille fois plus belle pour Jésus en étant vraie, qu’en étant éternellement une actrice qui affiche toujours un bel extérieur ! Oui : c’est notre cœur que Jésus voit et veut ! Notre cœur vrai… pas notre carapace ! Quand je suis simple,  tous les conflits se simplifient et trouvent une issue !

Que la Vierge Marie, qui est totale transparence,  nous apprenne cette vérité là qui nous libère de tous nos cinémas de pacotille. Je vous souhaite une très belle année nouvelle !

                                                                   Sr Marie de l’Annonciation OVM

 Prochain week-end monastique pour les jeunes à partir de 18 ans: 4-5-6- mars 2022

Prochaine école de prière: le dernier vendredi du mois de Janvier de 20h00 à 21h30

Prochaine rencontre du Parcours magnificat pour les jeunes femmes qui se posent la question de la vie consacrée: le 12 février de 10h00 à 14h00.

 

Le logo de l'Annonciade

Recevez notre Lettre Info

Vous recevrez les informations, les nouvelles de l'Ordre de l'Annonciade et de chacun de ses monastères.

Vous vous êtes inscrit à notre Lettre Info avec succès

Shares
Share This