Monastère de l’Annonciade d’Alajuela

L’actualité du monastère

Protomartyrs d’Amérique

Les soeurs d'Alajuela découvrent leur histoire : Du monastère d’Alajuela Si l'on vous demande qui furent les premiers martyrs de l'évangélisation du « nouveau monde », que répondriez-vous ? Quant à nous, nous avons été bien surprises d'apprendre que ce sont trois...

lire plus

La liturgie

Notre vie est rythmée par l’Eucharistie, les Offices liturgiques et l’adoration eucharistique. Ces temps de prières sont ouverts à tous. Voir les horaires.

L'accueil monastique

L’accueil de retraitants fait partie de notre tradition. Hommes ou femmes peuvent venir au monastère, pour un temps, dans le but de partager la spiritualité de l’Annonciade.

Le travail

Le travail fait partie de notre vie. « Le travail, accompli en témoignage humain de pauvreté, a valeur d’ascèse et de purification; assumé dans l’humble attitude de Jésus et de Marie, il prend valeur de contemplation. »

À propos du monastère

La fondation du monastère d’Alajuela a été faite, en accord avec les évêques de Digne et Alajuela et et de tout l’Ordre, en avril 2007, par le transfert de celui de Peyruis (1980-2007).
Le diocèse d’Alajuela ( www.diocesisalajuela.org ) (diocèse d’origine d’une sœur de la communauté entrée dans l’Ordre en 1978) n’avait jamais eu de monastère. Il nous était demandé depuis de longues années d’y proposer la vie monastique et Annonciade.

Une maison nous avait d’abord été prêtée par les Pères Rédemptoristes, dans le quartier del Llano (paroisse de l’Agonie), en pleine ville comme l’avait souhaité Monseigneur Barquero, notre évêque, afin que nous soyons mieux connues et entourées au début. Cela nous a été une bonne expérience. Mais la maison ne pouvait contenir que les 8 sœurs fondatrices, et n’avait ni terrain, ni possibilité d’accueil.

En 2008, les Franciscains conventuels, ( www.ofmconv.cr ) qui organisaient leur noviciat d’une autre manière, nous prêtèrent celui-ci, à côté de leur couvent. Après un an, ils nous ont proposé de nous le céder, ainsi qu’un vaste espace de terrain où nous avons pu, grâce à Dieu, construire notre monastère près de leur communauté, et avoir assez d’espace et d’autonomie. Ils ont été, et sont pour nous, très fraternels.

Nous sommes désormais à la sortie ouest de la ville, à la fois proches du centre (environ 2 km) et de ses facilités (commerces, soins, amitiés..) et davantage « à la campagne » quoique la route qui passe devant soit la nationale qui rejoint la côte pacifique, et est très passante, mais cela a aussi ses avantages !
Ainsi nous continuons notre route, dans le silence et la prière, entourées déjà de nombreuses amitiés qui nous ont bien favorisé la première implantation. – Le costaricien est très accueillant et généreux.

Qu’est-ce que le Costa Rica ?

C’est un petit pays dont on parle rarement. 1/10ème de la France en superficie, 1/15ème en population. On l’a appelé la «Suisse » de l’Amérique, en partie parce qu’il a dissout son armée en 1948 et en a consacré son budget à l’éducation et la santé. Son Président a reçu en 1986 le Prix Nobel de la Paix. Pas de révolution, pas de misère criante, un taux d’alphabétisation de 95%, très différend donc de ses remuants et douloureux voisins.

Pays de cette bande de terre, ou plutôt de cordillère, qui relie l’Amérique du Nord à l’Amérique du sud. Au sud, le Panama, au nord, le Nicaragua, à l’ouest l’Atlantique, les Caraïbes, à l’est, le Pacifique. Cordillère volcanique – plus de 100 volcans dont 7 en activité. Notre plus proche voisin, le volcan Poas est à 30 km à vol d’oiseau.

Le climat y est tropical. La zone la plus habitée (la « Vallée centrale », en réalité un plateau central) est à 1000 mètres d’altitude – c’est le cas de la capitale, San José, et d’Alajuela, à 20 kilomètres à l’ouest. C’est dire que la température oscille entre 18° et 28° toute l’année, et qu’il y pleut à peu près tous les jours abondamment pendant quelques heures, sauf l’été : de Noël à Pâques environ. Le décalage horaire est de 8 heures en été, 7 en hiver. Ainsi, lorsque nous nous levons mardi en France, là-bas on se couche lundi soir.

L’Église Costaricienne est tout entière Costaricienne. La population est à 90 % chrétienne et dans sa grande majorité pratiquante ; beaucoup de laïcs sont engagés dans la vie paroissiale et de nombreuses « communautés de base ». La pastorale des jeunes du diocèse par exemple, peut réunir pour une journée 4 ou 5000 jeunes, les équipes de foyers sont plus de mille… Mais les influences occidentales gagnent du terrain, le pays tend à se séculariser et il faut y faire face. La vie religieuse y est bien présente, mais, aussi étonnant que cela puisse paraître, la vie monastique n’y a aucune tradition… Jamais aucun monastère d’hommes, et jusqu’il y a peu, de femmes non plus.

Alajuela est le nom d’une province très étendue, puisqu’elle rejoint le Nicaragua au nord. Cette province de 700 000 habitants a été partagée il y a une douzaine d’années en deux diocèses. Le nôtre a son siège dans la ville d’Alajuela – environ 500000 habitants. C’est le diocèse d’origine de notre sœur. Elle y a gardé de nombreuses attaches familiales et amicales.

Que dire encore ? Les principales cultures et exportations sont la banane et le café, l’ananas et les feuillages pour fleuristes ; l’industrie est relativement peu développée, sauf dans les industries de pointe comme l’informatique (on y fabrique les puces Intel dernier cri et diverses prothèses médicales). Le tourisme vert qui se développe met en valeur les immenses réserves des parcs naturels, sa biodiversité, sa faune et sa flore (25% du territoire est classé)

Site de l’Annonciade en langue espagnole : Anunciada

Monasterio de la Anunciada
– Aptdo 1838 – 4050
Alajuela Costa Rica (América Central)

Tel: (00 506) 2431 49 14

anunciada@ice.co.cr

Vous souhaitez nous contacter

10 + 8 =

Recevez notre Lettre Info

Vous recevrez les informations, les nouvelles de l'Ordre de l'Annonciade et de chacun de ses monastères.

Vous vous êtes inscrit à notre Lettre Info avec succès

Share This